Se préparer au concours de Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP)

Bien choisir sa Prépa au concours de Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation

20 ans d’expérience dans la préparation au concours de Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation
Des enseignants spécialistes et rompus aux exigences des épreuves
Plus d’épreuves blanches et d’heures de cours que partout ailleurs
Préparation au concours de Conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation (Toulouse, Paris, Lyon, Bordeaux)
Se préparer au concours de Conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation avec Sup Admission

Le métier

Les Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation ont pour missions d’aider à la prise de décision judiciaire et à mettre en exécution les décisions pénales, restrictives ou privatives de liberté :

En milieu fermé (prison)
Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation accompagnent les personnes détenues dans le cadre d’un parcours d’exécution des peines.
Ils aident à la décision judiciaire et à l’individualisation des peines : ils proposent des mesures d’aménagement de peine au juge de l’application des peines, en fonction de la situation du détenu.
Ils accompagnent et préparent la sortie de prison notamment en facilitant l’accès des personnes incarcérées aux dispositifs d’insertion et de droit commun (logement, soin, formation, travail…). Pour ce faire, les personnels pénitentiaires d’insertion et de probation développent et coordonnent un réseau de partenaires institutionnels et associatifs.
Ils luttent ainsi contre la désocialisation des personnes détenues.

En milieu ouvert
Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation interviennent dans le cadre d’un mandat judiciaire.
Ils apportent à l’autorité judiciaire tous les éléments d’évaluation utiles à la préparation et à la mise en œuvre des condamnations.
Ils aident les personnes condamnées à comprendre la peine. Ils impulsent avec elles une dynamique de réinsertion notamment par la mise en place de programme de prévention de la récidive.
Ils s’assurent du respect des obligations imposées aux personnes condamnées à des peines restrictives ou privatives de liberté (semi-liberté, travail d’intérêt général, libération conditionnelle, placement sous surveillance électronique…)
Dans le cadre des politiques publiques, ils favorisent l’accès des personnes placées sous main de justice aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelle.

Rémunération

Traitement mensuel brut au 1er février 2017 (hors primes) :

  • Conseiller élève : 1 569,82 €
  • Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation 1er grade 2e classe : de 1 729,14 € (1er échelon) à        2 680,41 € (dernier échelon)
  • Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation 1er grade 1re classe : de 2 216,49 € (1er échelon) à       2 980,31 € (dernier échelon)
  • Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation de classe exceptionnelle : 2 244,61 € (1er échelon) à      3 064,66 € (dernier échelon)
La formation après le concours

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation admis aux concours mentionnés aux 1°, 3° et 4° de l’article 6 bénéficient d’une formation de 2 ans à l’École nationale d’administration pénitentiaire à Agen.
Lors de la première année de formation, les intéressés ont la qualité d’élève conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. Ils sont donc rémunérés à l’échelon d’élève. La formation comprend, à l’issue de la première année, des épreuves de sélection permettant l’accès à la seconde année de formation. Les élèves dont la scolarité a donné satisfaction sont nommés Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation stagiaires, après avis de la Commission administrative paritaire. Les élèves qui n’ont pas obtenu de notes suffisantes aux épreuves organisées en fin d’année de scolarité sont soit réintégrés dans leur corps, cadre d’emplois ou emploi d’origine s’ils avaient auparavant la qualité de fonctionnaire, soit licenciés après avis de la Commission administrative paritaire. Toutefois, le redoublement de cette première année de formation peut être autorisé une fois, après avis de la Commission administrative paritaire.
Les candidats admis au concours mentionné au 2° de l’article 6 reçoivent une formation d’un an à l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire. Les intéressés ont la qualité de Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation stagiaire. Ils sont rémunérés au 1er échelon de la seconde classe du premier grade.
L’organisation et le contenu de la formation sont fixés par arrêté conjoint du Garde des sceaux et du Ministre de la Fonction publique.
Pendant la durée du stage qui correspond à la deuxième année de formation, les Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation stagiaires sont classés au 1er échelon de la seconde classe du premier grade. A l’issue de l’année de stage, les Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation stagiaires dont le stage a été jugé satisfaisant sont titularisés après avis de la Commission administrative paritaire. Les Conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation stagiaires qui ne sont pas titularisés sont soit autorisés à prolonger leur stage, soit réintégrés dans leur corps ou cadre d’emplois d’origine s’ils avaient la qualité de fonctionnaire, soit licenciés, après avis de la Commission administrative paritaire. La prolongation de stage est autorisée par arrêté du Garde des sceaux, pour une durée maximale d’une année et une seule fois après avis de la Commission administrative paritaire.

Modalités des concours
Concours

Page créée le 22-06-2020, révisée le 31-07-2020